10-03-2021

Lettre ouverte des personnes sans-papiers à leurs voisin·e·s

De retour

Cher·ère·s voisin·e·s,

Nous nous permettons de nous adresser à vous aujourd’hui sans détours. Régulièrement, nous nous croisons. Vous nous connaissez comme la mère d’un·e camarade de classe de votre enfant, comme l’épicier du coin de la rue, la personne qui fait le ménage dans vos bureaux ou qui dépanne votre chaudière. Comme vous, nous travaillons, nous payons un loyer, nous trions nos déchets,…

Bref, nous sommes des citoyennes et citoyens ordinaires. À un détail près… aux yeux de l’État nous n’existons pas.

On dit de nous que nous sommes environ 150 000 en Belgique, à vivre sans papiers. Nous y vivons parfois depuis 5, 10 ans voire beaucoup plus. Certain·e·s d’entre nous sont né·e·s ici.

Alors que nous travaillons, nous ne pouvons bénéficier de protection sociale. Nos soins de santé ne sont pas remboursés, nous n’avons aucun filet de sécurité quand nous perdons notre emploi. Sans existence légale, nous nous retrouvons à la merci de patrons abuseurs et de marchands de sommeil sans parler du fait que les femmes parmi nous sont exclues des dispositifs existants pour les protéger des violences liées au genre.

Depuis de nombreuses années, nous interpellons les décideur·se·s politiques belges par tous les moyens à notre disposition (manifestations, pétitions, occupations,…) pour trouver une solution durable et raisonnable à notre situation. Nos interpellations restent cependant sans réponse. Nous sommes ainsi forcés de constater que notre voix a peu de poids.

C’est pourquoi nous nous adressons à vous aujourd’hui. Vous, citoyens, détenez un droit fondamental qui change tout : le droit de vote. Les élus sont manifestement persuadés que notre sort vous importe peu, voire que l’opinion publique est opposée à la régularisation de notre situation. Or, nous avons envie de croire aujourd’hui qu’un nombre conséquent de Belges est à nos côtés.

Aussi, nous voulons faire le pari qu’il est possible de mobiliser un·e citoyen·ne pour représenter chacun·e d’entre nous et d’arriver au résultat symbolique de 150 000 porte-voix.

Pour démontrer aux responsables politiques qu’aux yeux des Belges, nous sommes aussi la Belgique, nous vous prions aujourd’hui de vous manifester. Portez avec nous, nos revendications

#wearebelgiumtoo

Signer la pétition et devenez l’un de nos 150.000 porte-voix

cliquez ici pour plus d'informations sur cette campagne et pour signer la pétition
Raison 1

Régulariser, c’est lutter contre le travail au noir et la fraude sociale.

Raison 2

Régulariser les travailleurs et travailleuses répondrait au problème de pénurie de main-d’œuvre.

Raison 3

Cela rapporterait par ailleurs jusqu’à 65 millions d’euros nets par mois dans les caisses de la sécurité sociale*

*Selon une étude de la CSC Bruxelles.

Raison 4

Les expulsions et la détention en centre fermé coûtent très cher à l’État.

Raison 5

Régulariser est la condition sine qua non au respect des droits fondamentaux de toutes les personnes vivant en Belgique

Raison 6

Régulariser, c’est lutter contre l’exclusion sociale, le racisme et la montée de l’extrême droite

Raison 7

La Belgique a déjà mené des campagnes de régularisation sans que cela n’engendre d’«appel d’air». Cette crainte est donc injustifiée

Raison 8

Régulariser, c’est rendre leur dignité aux femmes, hommes et enfants qui ont déjà tout perdu

Restez au courant

Inscrivez-vous pour recevoir la newsletter du Netwerk tegen Armoede


Suivez-nous

Soutenez-nous

Par votre soutien, vous aidez les personnes à se construire un avenir et à s'unir dans la lutte contre la pauvreté et l'exclusion sociale. Aidez les gens en situation de pauvreté à se prendre en charge.

Soutenez-nous
Ce site utilise des cookies pour vous faciliter l’usage.
J’accepte.  En savoir plus.